Logo les transmetteurs
Nous rejoindre Partenaires Faire un don

Renforts ponctuels

I. Renfort médical des Transmetteurs pour les CUMP à la demande des autorités sanitaires suite aux attentats du 13 novembre 2015

Le dimanche 15 novembre vers 22h, les Transmetteurs sont sollicités par l’ARS 75 pour appuyer les CUMP sur deux sites : Ecole Militaire (EM) et Institut Médico-Légal (IML). 3 médecins sont dépêchés dès le lendemain sur les sites, 28 Transmetteurs répondent positivement à l’appel et des permanences sont mises en place.
Le mercredi 18 novembre, la demande de mise à disposition de somaticiens est confirmée par le centre de crise sanitaire , «  l’articulation entre les Transmetteurs et les équipes des CUMP assurant une efficacité optimale de prise en charge sur les différents sites  » (Docteur Pierick Bergeran).

En sus des quelques cas « somatiques » (malaises, attaques de panique et lésions dues à un poly criblage localisé dirigées vers des structures chirurgicales), il y a eu de nombreux entretiens non organisés avec des personnes de l’entourage qui attendaient l’accomplissement de formalités ou qui ne souhaitaient pas rencontrer les psychologues et psychiatres. Ces entretiens et/ou la réalisation d’un petit geste médical, tel que la prise de TA, a souvent permis de libérer la parole de la personne qui ne souhaitait pas s’exprimer. Le nombre total de personnes rencontrées est de l’ordre d’une trentaine.

Le 21 novembre, les Transmetteurs étant tout de même peu sollicités par les équipes impliquées sur les deux sites, il est convenu, avec le centre de crise sanitaire, de mettre en place une astreinte téléphonique du 23 au 28 novembre. Le dispositif est levé le 1er décembre.

Pour qui ? Victimes des attentats parisiens
Nombre de personnes vues en moyenne : 30
Nombre de vacations effectuées : 35
Lieu de l’action : Paris
Coordinatrices de l’activité : Suzanne Tartière et Brigitte Hermet
Partenaires opérationnels : Agence Régionale de Santé et CUMP de Paris

II. Les volontaires du service civique rattachés aux services d’accueil des urgences

Le premier axe du Plan stratégique 2015-2019 de l’AP-HP s’attache à « penser le parcours patient de demain ». Il préconise une amélioration du parcours des patients dans les urgences, notamment grâce au renforcement de la fluidité et à la réduction du temps d’attente.

Les Transmetteurs ont été sollicités pour participer à la mise en œuvre de ce plan, comme le mentionnent les mesures opérationnelles du dossier de presse de l’Assistance Publique des Hôpitaux de Paris en date du 10 juin 2014 : « Améliorer la qualité de l’attente par l’implication des bénévoles ou de volontaires : associations comme par exemple les « Transmetteurs », médecins retraités, et des volontaires en Service Civique ».

S’inspirant de l’activité des Transmetteurs à Bichat, le directeur général de l’AP-HP souhaite mobiliser ces retraités mais surtout des Volontaires du Service Civique (VSC) afin de créer des équipes d’accueil intergénérationnelles dans les services d’accueil des urgences (SAU). Ces dernières devraient :
• Faciliter l’attente des patients et de leurs accompagnants ;
• Répondre à leurs questions ;
• Assurer le petite logistique de confort (PLC) ;
• Et assister les équipes soignantes.

Forte de son expérience dans la formation de jeunes, l’association a été sollicitée pour participer à la définition et la mise en œuvre d’un programme de formation pour les VSC afin de les rendre opérationnels dans les SAU. Les Transmetteurs ont également participé au recrutement des VSC.

Depuis les Transmetteurs forment deux fois par an les nouveaux volontaires aux gestes d’urgence, grâce à la méthode FO.UR.MI..

Pour qui ? Volontaires du service civique
Nombre de jeunes formés par an en moyenne : 140
Nombre de formations par an en moyenne : 2
Lieu de l’action : Paris
Coordinatrice de l’activité : Suzanne Tartière
Partenaire opérationnel : Assistance publique des Hôpitaux de Paris

JPEG - 5 Mo
Promotion de 2014

« En 2014 et en 2015, l’association s’est pleinement investie dans l’organisation de cette action et dans sa mise en œuvre en élaborant le programme de formation de ces volontaires du service civique. Elle a même dispensé des cours et participé au recrutement. Les deux premières promotions sont intégrées avec succès dans les équipes des urgences. Les Transmetteurs sont restés en veille pour prévenir les difficultés. Bien entendu, ils travaillent régulièrement avec ces volontaires dans le service de Bichat. » Suzanne Tartière

« A notre arrivée, un Transmetteur est venu nous accueillir juste après la prise en charge des cadres du SAU. Elle nous a fait visiter le service pour qu’on visualise les lieux. Ensuite, elle nous a séparés en deux groupes : le premier devait être à l’accueil et voir le fonctionnement et, le second devait l’accompagner pour aller vers les patients, leurs familles...
Le lendemain, nous avons échangé les activités.
Avoir un Transmetteur à nos côtés nous a vraiment aidés. On a pu voir et comprendre le fonctionnement des urgences et créer les premiers contacts avec les patients/accompagnants. Et même encore aujourd’hui, si nous avons des questions, les Transmetteurs nous répondent.
Parfois, nous travaillons avec un Transmetteur pour aider un patient, à retrouver sa famille par exemple. Avoir les Transmetteurs a été et est un atout pour nous les « gilets bleus ».
 » Volontaire du service civique

III. L’Hôpital des nounours

L’Hôpital des Nounours est un projet associatif de découverte du monde de la santé, porté les étudiants en médecine. Ces étudiants travaillent en collaboration avec des étudiants des autres filières de santé (pharmacie, odontologie, kinésithérapie, soins infirmier ou encore sage-femme).
Cette opération est destinée aux enfants de grande section de maternelle et de cours préparatoire (CP). Au cours de la visite, ils circulent au sein des différents services de l’Hôpital des Nounours afin d’y faire soigner leur peluche, dont ils ont choisi la pathologie au préalable. La visite de l’Hôpital des Nounours est une sortie scolaire à part entière.
Les Nounoursologues recréent les services médicaux : la salle d’attente, la consultation, le poste de soins, le service de radiologie, le bloc opératoire, la pharmacie…

Les principaux objectifs sont de :
• Réduire l’angoisse des enfants dans le monde de la santé, et tout particulièrement dans un hôpital.
• Améliorer la relation soignant-soigné par la dédramatisation des soins et des rapports avec les professionnels de santé.

En 2014, l’association Les Transmetteurs a participé à ce projet en faisant visiter aux enfants les camions du SAMU de Paris. Au cours de 5 demi-journées, ils ont sensibilisé les enfants au secours d’urgence.

Pour qui ? Élèves de maternelle
Nombre d’enfants accueillis : 240
Lieu de l’action : SAMU de Paris
Coordinateur de l’activité : Julie Fournier
Partenaires opérationnels : Hôpital Necker – Enfants malades et SAMU de Paris

« A la demande du service de communication l’Hôpital Necker-Enfants malades, l’association et ses volontaires ont su se mobiliser en urgence pour permettre aux enfants de visiter les camions du SAMU de Paris. » Julie Fournier

IV. Les consultations d’enfants venus d’Haïti

En décembre 2010, les Transmetteurs ont été sollicités par l’Agence Régionale de l’Hospitalisation de l’Ile-de-France pour accueillir, à l’aéroport de Roissy-Charles de Gaulle, des enfants haïtiens, adoptés après le tremblement de terre.
Durant deux jours, les pédiatres Transmetteurs ont consulté environ 250 enfants accompagnés chacun d’un adulte adoptant : interrogatoire des accompagnants, vérification des documents médicaux, examen complet des enfants, conseils aux parents adoptifs. Ces consultations ont rassuré les familles.
Les enfants étaient âgés de 1 à 7 ans.

Pour qui ? Enfants haïtiens adoptés
Nombre d’enfants consultés : 250
Lieu de l’action : Aéroport de Paris – Roissy Charles-de-Gaulle
Coordinatrice de l’activité : Martine Airiau
Partenaire opérationnel : Agence Régionale de l’Hospitalisation de l’Ile-de-France

V. La campagne de vaccination contre la grippe H1N1

Le 26 avril 2009, le pays est placé au stade 5A vis-à-vis de la pandémie de grippe à virus AH1N1 et cette nouvelle, relayée par les média, a pour conséquence immédiate de saturer le standard téléphonique du SAMU de Paris.

JPEG - 1017.6 ko
Les Transmetteurs en salle de crise au SAMU de Paris

Le Ministère de la Santé décide d’offrir à chaque Français la possibilité de se faire vacciner contre le virus grippal et un plan de vaccination de masse est conçu. L’association est sollicitée pour deux actions :

  • Le renfort à la régulation du SAMU de Paris
    411 appels totalisant 107 heures de trafic ont été traités par une partie des 68 Transmetteurs formés.
  • La vaccination
    2200 heures de vacation ont été assurées par 65 médecins Transmetteurs volontaires au cours de la campagne. 58 d’entre eux ont travaillé dans les gymnases parisiens, 4 dans les départements d’Ile de France et 3 en Province (Niort, Rennes, Nancy). Les Transmetteurs ont vacciné près de 17% des parisiens qui se sont fait vacciner.

Par ailleurs, missionné par la DASS, Patrick Rondy a participé à la mise en place des centres de vaccination (logistique, traçabilité des vaccins…).

Pour qui ? Tout public
Lieu de l’action : Paris
Coordinateur de l’activité : Patrick Rondy
Partenaires opérationnels : SAMU de Paris et Direction des Affaires Sanitaires et Sociales

PARTENAIRES