Logo les transmetteurs
Nous rejoindre Partenaires Faire un don

Exercice de catastrophe de médecine de catastrophe

11 mai 2017

mercredi 7 juin 2017

L’exercice de médecine de catastrophe permet aux différents corps impliqués dans les catastrophes de se retrouver, se coordonner, agir ensemble afin de gérer avec un maximum d’efficacité ce type d’événements. Il est aussi l’occasion pour les étudiants de la capacité de médecine de catastrophe de l’Université Paris Descartes, d’être mis en situation et de mettre en pratique leurs connaissances.
Les Transmetteurs y assistent en tant qu’observateurs.

La journée de l’exercice de médecine de catastrophe est coordonnée, sur le plan médical, par le Pr Pierre Carli, directeur médical du SAMU de Paris et son équipe.

Les objectifs pédagogiques de l’exercice sont d’acquérir les notions et les compétences permettant une action inter service efficace en participant au déploiement des éléments de la chaîne médicale de l’avant et en particulier l’installation du PMA, le poste médical de l’avant.
Assistant pour la 1ère fois à cet exercice, j’ai été impressionnée par des mises en condition très proches de la réalité à travers différents scenarii qui rappellent ce que les équipes ont récemment vécu (fusillade dans une salle de concert, camion fou lancé dans une foule, prise d’otages, explosion, ......) . Ces exercices étaient plus vrais que nature.
En raison de la dangerosité de certaines actions, nous avons assisté à l’exercice depuis un espace sécurisé avec vue sur l’ensemble du dispositif.

Toutes les parties prenantes pour faire face à une catastrophe étaient présentes, notamment la Police, le RAID, la Gendarmerie, le GIGN, l’Armée, les Pompiers, les SAMU, les associatifs (Croix Rouge Française, Ordre de Malte, Protection civile…).

Les responsables de ces services doivent se connaître pour mieux travailler ensemble. Les relations interpersonnelles sont nécessaires car facilitatrices des interventions et des actions qui sont très codifiées. Chaque corps a un rôle précis qui doit être connu des autres afin que leurs actions s’articulent parfaitement entre elles.
Nous avons pu apprécier les échanges entre ces corps, leur coordination, le déroulement des opérations avec des interventions qui suivent des protocoles précis et des arbres de décision.
Le maître mot : l’efficacité pour sauver des vies, qui ne doit pas faire oublier la prudence. Toute prise de risque est calculée.

N’ayant pas de rôle actif dans cet exercice, j’en ai profité également pour discuter avec des personnes présentes à cet exercice, étudiants en médecine, pompiers et échanger sur leurs différentes pratiques et les outils actuels utilisés pour le bilan, le traitement rapide et l’évacuation des blessés vers le PMA puis vers les hopitaux de l’arrière. Ces 2 circuits constituant la petite et la grande noria d’évacuation. Nous avons également vu comment se fait l’orientation des blessés et en cas de contact avec des substances chimiques, les différentes étapes de la décontamination.

J’ai pu assister au briefing avant le lancement de l’exercice mais pas au débriefing prévu en fin d’après midi mais j’espère pouvoir y assister lors du prochain exercice !
Bref, une journée passionnante (et rassurante) pour nous en tant que médecin mais aussi en tant que citoyen, car j’ai beaucoup appris sur le déroulement de ces interventions. J’ai pu constater la nécessaire et réelle coordination de tous les acteurs avec pour but une amélioration de leurs actions au service des citoyens victimes de catastrophes. Cette journée m’a donné l’envie de m’impliquer davantage et de voir quelle aide je pourrai apporter lors de catastrophes dans le cadre de l’association « Les Transmetteurs ».

Chaque Transmetteur doit participer à un tel exercice !

Dr Martine Gouëllo, Les Transmetteurs

PARTENAIRES